IV                                  07.01.2018


Je te regarde je te décrypte je te dévore

On est quitte

Des essaims bourdonnants qui m’assaillent

Une seule parole qui vaille

La peine que je répète en boucle, à l’heure,

Sans me presser

Une seule note que j’aime

Que tu sais composer, souvent, à demi, en douce, endormie,

Vaillante et fière, j’espère souvent qu’elle va venir ranimer

L’envie d’allonger paroles et regards qui s’entortillent

Tu m’arrimes à la cheville de ta pensée

Tu es la seule qui parviennes à me faire aimer

L’orée des mots



Ce poème fait partie d'un de mes recueils lauréat du Concours de poésie Les Dénicheurs de la Maison de la Poésie d’Avignon en 2018


La valse    Camille CLAUDEL





Commentaires

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog