Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du avril, 2014
Corner les pages ne servira jamais à rien. C'est cela qu'il se dit, et pourtant l'abasourdissante nouvelle ne lui fait pas de mal, juste un choc qui s'épaissit et trace son empreinte dans l'épaisseur de son moi. Cornélius engage la voie, il sait que la conversation déviera sur les trames qu'il a amorcées, or les pages sont loin d'être terminées. Le roman à l'issue de ces tournoiements incessants devra être publié, sous peine de quoi toute son armée d'ambitieuses illusions seraient anéanties. Et l'illustre Dévorat pourra ainsi être puni de la loi la plus juste, et la vérité sera rétablie. C'est ainsi qu'il aime à penser, Cornélius le vivant. Fiable comme un cheval de trait, et passablement allègre comme un passereau. Il n'a pas pour habitude de louvoyer parmi les traîtres, il lui faut de l'honnêteté dure et concrète, il signera demain. Dévorat peut pourrir, l'auteur détient la fiole contenant le poison de ses immondices. Les …
J'ai voulu choir Dans l'eau éteinte Un tissu blanc Qui m'aurait ceinte Vaguement bleutée Une vague en somme Je suis l'illustre sirène-ange En tournoiements Deux-trois mouvements L'onde me porte Et dans l'étrange Je vogue allègre Je vois les blanches Lueurs habiles Qui miroitent mon reflet Pâle opale palpant cérébral Qui défait le sort tricoté Par les fées.