Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du mars, 2018
J'ai remonté le fil
Sauté par-dessus les noeuds Du bout des doigts Défait juste ce qu'il Manquait pour n'être plus que deux Début et fin, foi et loi
Consonnes adverses  Allégories transverses Les vains allers-retours Entre la trame et l'allée Je te suis partout Aux tournants je suis liée
Resserrer ne sert à rien Ce serait étrangler le lien On a pour usage de défaire Moi je fonctionne à l'envers Morsure texturée nervure inversée L'envers l'endroit tout mélangé
J'ai parcouru le fil A saute-mouton sur les obstacles Glisser le long comme sur le Nil Me mirer dans l'or d'un pentacle Pendant au bout d'une corde Mille fois que je me torde
Pour retrouver le droit le juste Le vrai le véritable sens L'absurde réalité Et m'entortiller  Enlacer Tracer Lier


Ce sont les marches que je préfère Quand on chancelle délicatement A l'échelle des orteils allant Venant, vaillants serviteurs Que l'au-delà se mesure A l'aune de millièmes d'heures
Au bout il y a un autre Pied ou main selon la taille D'où l'on voit l'horizon nôtre Et d'où il se peut que l'on aille
Si l'un hésite c'est qu'il ne faut  Pas de manie, marcher sans pli Sur le béton sans se morfondre Sans confondre course et pas
Au bout il y aura le suivant Celui que tu feras vers moi Ce pas absent pour le moment Ces millièmes d'heures que j'entrevois
Un horizon à eux tout seuls Alanguis et nonchalants Bientôt écrasés par le poids Ces instants sont déjà remplis de toi Ils n'ont pour eux qu'ils le veuillent Ou non, l'allure d'un lion agonisant.
Ray Morimura 
Prends le silence Prends la lourdeur Prends l'accablante chaleur Prends l'absence
Le tout dans les pieds Fracasse tes ailes torturées Et brise là,  En une ou plusieurs fois L'élan contenu et l'abstraite ligne
Détourne le chemin Arrête les tours de main Trop faciles faux et fats Les idées que les autres ont sur toi
Volète, allège Cours haut bas Comme sur un siège Trône et pavane D'une insolente grâce Que la puissance Atteint sans pourtant faire face
Aux regards grands Aux maux ouverts S'arrêter repartir en arrière Mains bras taille Regard regard regard Dans les temps Souffle en course
Violent. Vis. Vrai.
Derain. La danse
I kinda like  what you brought to me. is it a silver ring? is it a silent wing? could we dance with it or hold it till it's mellow?
Maybe in a day or two the shelter will be filled within a tangerine a dozen sounds of stream tears will flow and fly on the bow that you hide
Blue, Green, and Brown (1952) by Mark Rothko

"Parfois je ne peux plus bouger.
Je découvre partout mes racines, comme si toutes choses naissaient de moi ou comme si je naissais moi-même de toutes choses.
Je ne peux alors que rester sans mouvement, les yeux ouverts comme deux visages près de naître, avec un peu d'amour dans une main et du froid dans l'autre.
Et à qui passe à mon côté je ne peux guère donner que cette absence immobile qui a racine aussi en lui."
Roberto Juarroz, Poésie verticale, I, 35
Sous-bois, Huelgoat. Paul Sérusier