Accéder au contenu principal

Je saurai dire la trace parce que j'ai tout saisi. 

Il est en toi un écho qui me rappelle combien je brûle aussi, petite flamme obstinée dans les vents contraires. Ta parole ramène sur mes lèvres des dits trop souvent tus. J'ai vu virevoltante ton âme rejoindre mille et mille fois la lumière, à chaque instant défiant la pesanteur du temps qui passe. Tu ne le sais pas encore et pourtant quelque part le sceau est déjà posé, il y aura une bribe dont tu t'empareras, que tu sauras faire tienne. 
On voudrait que nos mots nous appartiennent; je te donne déjà les miens. Tu sauras les porter, car ton nom t'y prédestine et que tu sais déployer la force des lignes de toutes sortes de façons. Il y a ceux qui cheminent et ceux qui chantent. Tu sais faire les deux, voilà pourquoi j'ai jeté mon sort sur toi. A tout le moins, les mots perçus sauront distiller l'effet escompté, si je suis déçue j'aurai au moins laissé partir ce qui demandait à s'évader de moi. 
Qui suis-je pour t'imposer ma loi - ma voix? Mon existence t'indiffère encore aujourd'hui, demain qui sait si tu me lis, peut-être que tu prendras le train en marche, ou plutôt c'est moi qui le ferai. J'ai hâte de voyages qui me rapprocheront de ça: la superposition entre ma page et ta parole. Ce que j'imagine n'a au fond aucune importance; il suffit de laisser aller ce que je pense, le poser, l'envoyer au loin. J'ai peur du boomerang tout autant que j'espère son retour. Est-ce que ce sera long, est-ce que ce sera vain?
Si c'est un don, pourquoi attendre une réplique? Aussitôt extraits les signes ne m'appartiennent plus, pas plus que les notes. Je distille, tu filtres. L'essentiel devrait être récupéré en bonne et due forme... j'aime ton sérieux et ta fantaisie, le protocole a de bonnes chances d'être suivi. 

La missive est en cours d'élaboration... j'y travaille, crois-moi je reste de faction jusqu'à finaliser le tout. Encore un fil lancé au loin, qui sait si finalement les distances n'auront plus lieu quand tu l'auras en main? 

Moi aussi je répète, j'apprends les mots par coeur. Il reste de la place pour ce que tu voudras. Je te prie de croire que cette missive est pour toi, qu'elle n'est pas l'énième tentative balancée dans un univers parallèle au mien, ni une bouteille à la mer sans destinataire précis. J'esquive trop pour ne pas choisir avec soin les récipiendaires de mes notes.

Tu trouveras bientôt le contenu, je sais d'avance ton attention, ton indulgence, ta retenue tout autant que tes élans sincères; s'il t'en dit, je suis joignable par ici.
Sur ce, je retourne à ma table - au fond c'est drôle, nous faisons la même chose en des lieux différents.

Bien à toi.


Botticelli   L'Annonciation du Cestello

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Longtemps j'ai cru parvenir un jour à l'âge où j'enlèverai la dernière peau. Et chemin faisant, chaque fois que je défaisais un noeud de plus, le linge tombait à terre pour découvrir d'autres oripeaux. A la peur d'avoir sans cesse à lutter contre la honte de montrer ce bout de moi s'ajoutait ce sentiment implacable de n'être pas encore arrivée à l'essentiel, au coeur. Cependant l'âge assagit ma combativité en me faisant comprendre la joie d'avoir toujours et encore un espace à découvrir, à partager.
J'allais ainsi plus légère à chaque fois, plus dépouillée, plus heureuse. D'une quête effrénée vers l'absolu, le quotidien s'est mué en plaisir d'un chemin simple. Accepter simplement avec humilité l'infini voyage vers le rien et me trouver comblée du tout que j'y découvrais.
C'est avec rare occasion mais chaque fois pleine de certitude que j'observais le même phénomène chez des êtres chers, ou chez des âmes dont …
Aucune heure ne saura troubler l'instant choisi
Aucune éclipse n'évincera les mots transis
Par la clarté lunaire, j'ai vu l'abysse
Je m'y suis reflétée
Dans tes quartiers d'impasse
Un croissant m'appelle pour compléter la nuit

Le gardien à la clé rouillée
Dort sous le porche bleu
Sur mes joues mouillées
L'odeur d'un récent feu
Tout était correct, je suis entrée
J'avais les codes ad hoc

Trois miles sous la surface
J'ai plongé dans l'interstice
Pour me voiler la face
Ton arrivée subreptice

A fait fondre le plomb
Explosé la serrure
Je pensais tenir bon
J'ai lâché l'armure
Il y a du sel sur ta peau
L'âpre brûlure de l'étau

Des solutions entières
Ou avec des virgules
L'équation du vide amer
L'instant où tu recules
J'ai bu la potion perdu notion
Intervalles disjoints

Cy Twombly, Coronation of Sesostris (Part V)



IV                                  07.01.2018

Je te regarde je te décrypte je te dévore

On est quitte

Des essaims bourdonnants qui m’assaillent

Une seule parole qui vaille

La peine que je répète en boucle, à l’heure,

Sans me presser

Une seule note que j’aime

Que tu sais composer, souvent, à demi, en douce, endormie,

Vaillante et fière, j’espère souvent qu’elle va venir ranimer

L’envie d’allonger paroles et regards qui s’entortillent

Tu m’arrimes à la cheville de ta pensée

Tu es la seule qui parviennes à me faire aimer

L’orée des mots


Le triomphe de l'amour    Camille CLAUDEL