Amour, regarde là où je suis bientôt
Je veux que tu saisisses la vue
Qu'à nous deux nous aurons

Il n'est plus d'horizon
Mais seulement des possibles
Les choix sont de saison
Ils deviennent visibles

Evidents les chemins et les tours
Par toi c'est certain, j'irai
Toujours, et par monts,
Parce que tu les vaux

Saisir ces instants fugaces
Et beaux, courir le vaste monde
D'un univers vibrant d'audace
Sa chaleur récoltée dans la ronde

Où l'étroit, la peur, les traits
Sont adoucis en tous points
Et signalent simplement les faits
D'une fine trace, fin chagrin

Passe, je resterai pour toi demain.

Chagall. Les amants bleus

Commentaires

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog