Accéder au contenu principal

L'aurore n'est pas si loin
Et le vide que tu crains
N'est que l'espace créé en toi
Pour faire grandir ce en quoi tu crois

Ta noirceur est aussi profonde
Que la lumière qu'elle révèle
Les larmes qui t'inondent
Ne seront jamais de celles

Qui t'empêcheront de refaire
Jour après jour, un peu plus fort
Les forces menant vers le clair
Matin, jour neuf porteur d'encores

Les pas et les heures entre eux et toi
Ne peuvent rien faire contre tout
Ce qui se tisse depuis longtemps
Et réunit au fil des jours l'essentiel

Celui que tu portes sans le savoir
Celui qui te fait reconnaître
Par des âmes pareilles à la tienne
A demi-mots elles te comprennent

L'ombre que tu noies est l'envers
De la lueur qui les attire
Vois-les comme ils te voient
Reflet de leurs âmes que tu sais lire

Etre seul c'est ne rien sentir
Regarde comme tu sais appartenir
Aux pensées de quelqu'un, même loin
Rien ne te retient.
Turner, Dawn after the wreck

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Longtemps j'ai cru parvenir un jour à l'âge où j'enlèverai la dernière peau. Et chemin faisant, chaque fois que je défaisais un noeud de plus, le linge tombait à terre pour découvrir d'autres oripeaux. A la peur d'avoir sans cesse à lutter contre la honte de montrer ce bout de moi s'ajoutait ce sentiment implacable de n'être pas encore arrivée à l'essentiel, au coeur. Cependant l'âge assagit ma combativité en me faisant comprendre la joie d'avoir toujours et encore un espace à découvrir, à partager.
J'allais ainsi plus légère à chaque fois, plus dépouillée, plus heureuse. D'une quête effrénée vers l'absolu, le quotidien s'est mué en plaisir d'un chemin simple. Accepter simplement avec humilité l'infini voyage vers le rien et me trouver comblée du tout que j'y découvrais.
C'est avec rare occasion mais chaque fois pleine de certitude que j'observais le même phénomène chez des êtres chers, ou chez des âmes dont …
Aucune heure ne saura troubler l'instant choisi
Aucune éclipse n'évincera les mots transis
Par la clarté lunaire, j'ai vu l'abysse
Je m'y suis reflétée
Dans tes quartiers d'impasse
Un croissant m'appelle pour compléter la nuit

Le gardien à la clé rouillée
Dort sous le porche bleu
Sur mes joues mouillées
L'odeur d'un récent feu
Tout était correct, je suis entrée
J'avais les codes ad hoc

Trois miles sous la surface
J'ai plongé dans l'interstice
Pour me voiler la face
Ton arrivée subreptice

A fait fondre le plomb
Explosé la serrure
Je pensais tenir bon
J'ai lâché l'armure
Il y a du sel sur ta peau
L'âpre brûlure de l'étau

Des solutions entières
Ou avec des virgules
L'équation du vide amer
L'instant où tu recules
J'ai bu la potion perdu notion
Intervalles disjoints

Cy Twombly, Coronation of Sesostris (Part V)



IV                                  07.01.2018

Je te regarde je te décrypte je te dévore

On est quitte

Des essaims bourdonnants qui m’assaillent

Une seule parole qui vaille

La peine que je répète en boucle, à l’heure,

Sans me presser

Une seule note que j’aime

Que tu sais composer, souvent, à demi, en douce, endormie,

Vaillante et fière, j’espère souvent qu’elle va venir ranimer

L’envie d’allonger paroles et regards qui s’entortillent

Tu m’arrimes à la cheville de ta pensée

Tu es la seule qui parviennes à me faire aimer

L’orée des mots


La valse, Camille CLAUDEL